Le félin
03/07/12 16:19

Espartaco et Morante de la Puebla relâchent un exemplaire de lynx à Doñana

Les deux matadors Espartaco et Morante.

Les matadors José Antonio Morante Camacho «Morante de La Puebla» et José Antonio Ruiz «Espartaco» ont participé, avec le ministre de l'Environnement andalou, José Juan Díaz Trillo, à la libération de Baya, l'exemplaire de lynx ibérique avec lequel avait débuté en 2007 à Doñana le renforcement génétique de cette espèce. Né dans la Sierra Morena, cet animal avait été blessé au cours d'affrontements avec d'autres félins sauvages.

Les deux toreros l'ont libéré après qu'il se soit complètement rétabli des blessures dont il avait souffert. De plus, il est muni d'un collier de radio-suivi qui permettra de connaître son évolution et ses mouvements sans interférer dans les processus naturels de l'animal. Avec cette intervention pour rendre Baya à son milieu naturel, Morante et Espartaco ont voulo montrer leur soutien au projet Life Lince que mène le Gouvernement andalou avec la participation des gouvernements espagnol et portuguais, d'Estrémadure, de Castille-La Manche et de Murcie.

Baya est un mâle sauvage provenant de la population de la Sierra Morena qui a été libéré à Doñana, où vivent actuellement 202 lynx. Depuis lors, ce lynx a eu une large descendance qui comprend dix descendants directs et 17 petits-enfants, transmettant neuf nouveaux gènes provenant de la population d'Andújar dans la région de Doñana-Aljarafe, atteignant ainsi l'objectif de cette initiative.

Le principal objectif de ce type de mesures est de renforcer « la diversité génétique affaiblie » des lynx de Doñana, avec une population actuelle de quelque 88 exemplaires, et ce par le biais de l'introduction de gènes correspondants à l'autre grand noyau de population de l'espèce existant en Andalousie, celui de la Sierra Morena.

Informations associées
Langues disponibles: Anglais Espagnol
Peu nombreux et isolés

Le lynx ibérique est l'espèce en danger d'extinction la plus emblématique d'Espagne et un symbole du défi que suppose sa conservation. Le vertigineux processus de déclin de ce félin l'a réduit à deux noyaux isolés en Andalousie, Doñana et Andújar, avec respectivement quelques 60 et 200 individus.

On soupçonne que des facteurs génétiques soient cachés derrière la réduction des taux de survie et de reproduction de ces populations. Les recherches en génomique vont être un outil utile pour améliorer les programmes de conservation, tant dans les centres d'élevage en captivité comme dans l'ex situ, en localisant les spécimens présentant des problèmes génétiques.

Lynxexitu
 
Powered by