La génomique
Par Article publié dans LiveScience / 12 octobre 2011 09/07/12 16:24

Le rat-taupe nu détiendrait la clé de la longévité dans son génome

Ces animaux vivent dix fois plus longtemps que d'autres mammifères de taille similaire, jusqu'à 30 ans
Le rat-taupe nu.

Le rat-taupe nu est un être curieux, un rongeur sans poil qui vit à une grande profondeur, qui a une résistance au cancer et une vie des plus longues;ils vivent dix fois plus longtemps que les mammifères de taille identique.

C'est pour cette raison qu'on étudie son génome, étant donné qu'il pourrait aider les chercheurs à percer les secrets de cette créature et, par ce biais, aider ainsi à améliorer la santé humaine.

« Ce sont des êtres étranges, réellement rares et avec une grande quantité de spécificités très intéressantes », assure à LiveScience le chercheur responsable de l'étude, Thomas Park, de l'Université de l'Illinois à Chicago. « Nous travaillons en vue de comprendre comment ils parviennent à avoir ces caractéristiques. Avoir le génome nous donne un arsenal totalement nouveau pour nous intéresser de près à cette question. »

Le génome pourrait avoir les clés pour déchiffrer les traits uniques du rat-taupe nu, tant à propos de sa longévité qu'à propos de ses comportements et caractéristiques sociaux. Avec cette information, les scientifiques peuvent en apprendre plus au sujet de l'évolution et cela pourrait également aider à mettre au point de meilleurs traitements contre les maladies humaines, comme les accidents cérébrovasculaires et le cancer, ou aussi arriver à découvrir la fontaine de jouvence.

Un mammifère « très spécial »

Certains trouvent qu'il est horrible, alors que d'autres le trouvent adorable, mais personne ne peut nier que le rat-taupe nu est une créature étrange. Cet animal, de petite taille, en forme de saucisse, vit dans des terriers souterrains comptant au maximum 100 individus en leur sein. Ils se situent à une profondeur considérable et les niveaux d'oxygènes y sont très bas.

Le rat-taupe nu est le seul mammifère à sang froid, il connaît une absence totale de pelage, il a une vue des plus mauvaises, « il est résistant au cancer » et il vit jusqu'à 30 ans, près de 10 fois plus que d'autres rongeurs de taille similaire. En outre, ils sont insensibles à la douleur de l'irritation causée par les acides et nourritures piquantes.

Le rat-taupe nu est aussi le seul mammifère qui vit dans une société de forme similaire à celle des abeilles : seules quelques-unes parviennent à avoir des petits, alors que le reste d'entre-eux ramènent de la nourriture et entretiennent le nid.

Le séquençage de l'étrange génome

L'équipe internationale a utilisé une méthode de séquençage appelée méthode de fusil de chasse pour lire le génome du rat-taupe nu. Avec ce système, de larges chaînes de bases chimiques qui composent l'ADN sont ainsi lues. Ces bases sont comme les lettres composant les mots et phrases qui définissent notre code génétique. Les scientifiques les placèrent ensuite en file jusqu'à trouver ceux qui se superposaient et ils créèrent ainsi des chaînes plus longues jusqu'à couvrir tout le génome. Ils répétèrent le processus de nombreuses fois afin de vérifier si s'étaient produites des lectures erronées.

Après avoir obtenu un génome complet, les chercheurs le comparèrent avec le génome humain et avec celui des souris. Ils cherchaient n'importe quelle différence significative. Les changements dans les gènes pourraient expliquer pourquoi certains mammifères vivent plus longtemps ou sont résistants aux maladies.

Vera Gorbunova, une chercheuse de l'Université de Rochester à New-York qui n'a pas participé à l'étude, est très enthousiaste quant aux possibilités. «  Avoir le séquençage du génome est un point de départ. Maintenant, avec cet outil en main, nous avons besoin de faire beaucoup plus d'analyses pour comprendre la longévité des rats-taupes nus et leur résistance au cancer », dit-elle dans un courrier électronique envoyé à LiveScience. « Ces mécanismes uniques pourraient s'appliquer à la prévention du cancer et prolonger la vie des êtres humains ».

Résultats

Les chercheurs découvrirent que le rat-taupe nu avait annulé différents gènes en relation avec la vision, étant donné qu'il vit dans l'obscurité. Ils détectèrent aussi une mutation dans celui appelé « poil », et qui s'est révélé comme étant la cause de la calvitie chez les souris et les êtres humains, ce qui pourrait expliquer la manière dont il perdit son « manteau de poil ».

Ainsi, les premières vérifications et comparaisons superficielles du séquençage du génome sont en train de faire la lumière sur les changements qui peuvent conduire à la singularité du rat-taupe nu, une information qui peut aussi être utile pour la santé humaine. Dans ce sens, l'apoplexie et l'attaque cardiaque ont comme conséquence de priver les parties du corps d'oxygène. Découvrir comment les rats-taupes survivent dans leurs terriers avec de si faibles niveaux d'oxygène, sans que leurs cerveaux n'en soient affectés, peut aider les scientifiques à mettre au point de nouveaux traitements.

D'autre part, en comparant ce premier génome avec ceux des autres rats-taupes, en ce compris les solitaires, les scientifiques pourraient aussi découvrir comment les gènes des animaux influent sur leurs comportements, selon ce qu'a expliqué Chris Faulkes, un chercheur du rat-taupe nu au sein de l'Université Queen Mary à Londres, qui n'était pas impliqué dans l'étude.

Le séquençage pour tous

« De nombreuses personnes utiliseront cette information, bien plus que ceux qui sont fans du rat-taupe nu comme moi, parce qu'en observant ces étranges animaux on peut découvrir beaucoup sur les espèces plus communes », dit Faulkes. « On peut l'appliquer à une sphère de choses bien plus grande ».

Les chercheurs qui séquencèrent le génome de ce rat-taupe nu le mettront à la disposition de la communauté scientifique, afin que les divers groupes qui étudient les gènes spécifiques impliqués dans le cancer et la longévité puissent effectuer leurs recherches sur ces gènes et déterminer en quoi ils sont différents chez le rat-taupe nu. « C'est une base scientifique », dit Park se référant au séquençage du génome, « mais cela peut être un outil utile, étant donné qu'il est mis entre les mains des scientifiques du monde entier ».

Langues disponibles: Anglais Espagnol
A l'avant-garde

La génomique est synonyme d'avant-garde technologique. Une technologie de pointe et pas si chère. Le premier pas fut initié en lisant les presque 3.000 millions de « lettres » que forment le génome humain. Il y a de cela dix ans et grâce à cela s'est ouvert un nouveau monde de possibilités pour la biologie, la médecine et aussi les sciences qui étudient l'évolution des espèces.

En une décennie l'évolution exponentielle qu'a vécu la technologie de la génomique a permis de réduire de manière substantielle les coûts de séquençage génétique, ce qui a permis d'amplifier l'éventail d'espèces analysées. Le génome du panda fut mis à jour en 2010 et actuellement les scientifiques du monde entier poursuivent l'objectif de séquencer plus de 10.000 espèces de vertébrés afin d'étudier leur évolution.

Lynxexitu
 
Powered by